Les prétendues "agrafes de col" mais les vrais "crochets de robe"

C'est là que sont stockées toutes les ressources de la communauté

Modérateur : Fadista

Verrouillé
fouduroi
Messages : 1172
http://4poziom.waw.pl/poszewki-jedwabne.php
Enregistré le : dim. oct. 20, 2019 4:41 pm

Les prétendues "agrafes de col" mais les vrais "crochets de robe"

Message par fouduroi » jeu. déc. 08, 2022 4:36 pm

Image

Sur la plupart des forums et aussi sur des sites spécialisés, on voit ces objets identifiés comme "agrafes de col", sans bien entendu la moindre preuve, ni la moindre explication intelligente.

La première chose serait déjà de s'entendre sur les termes.
Quand on parle d'une agrafe vestimentaire on parle en principe d'un système constitué de deux parties: l'agrafe proprement dite qui est la partie mâle et la "porte d'agrafe" (pas porte-agrafe) qui est la partie femelle.
Dans ce cas,l'agrafe ne doit pas avoir une pointe acérée; une pointe arrondie entre plus facilement dans la porte d'agrafe sans risquer de s'accrocher au tissu.

Ici, on constate deux choses;
1) la prétendue agrafe a une extrémité aussi pointue qu'une aiguille.
2) On ne trouve jamais de partie femelle. Jamais cette "agrafe" n'a été trouvée en détection jointe à une partie femelle. Jamais elle n'a été représentée sur un tableau ou une gravure avec sa partie femelle.

Puisque cet objet ne correspond pas à ce que devrait être une agrafe, ce n'est donc pas une agrafe, c'est un crochet.

Maintenant, dire "c'est un crochet" c'est facile, mais à quoi était-il attaché et à quoi s'accrochait-il?

On constate que tous ces crochets, sauf quelques exceptions, sont pourvus d'un passant rectangulaire.
On peut bien sûr utiliser ce passant pour coudre l'objet, mais il y a des tas de systèmes possibles pour coudre un objet: des petits trous, des œillets, des bélières, des pontets au revers ... (comme, par exemple, sur les fermoirs de cape).
Et pourtant, ici, c'est toujours le même passant, donc cela doit s'expliquer.
Et bien, même s'il est possible de coudre ce passant, il est plus vraisemblable de le voir enfilé sur une petite lanière ou un petit ruban en tissu.

Quant à la pointe, vu sa finition acérée, elle ne peut que s'accrocher dans du tissu.

Alors, imaginons ce crochet attaché à un petit ruban et s'accrochant au tissu fin d'un col, voire d'un col en dentelle.
Je pense qu'il y aurait un risque sérieux de voir cette pointe acérée pénétrer la peau du cou.
Donc, cherchons plutôt un autre usage.

Il faut trouver un crochet attaché à un ruban et s'accrochant à un endroit où l'on a un tissu épais.
Sur base de cette première conclusion, on trouve deux utilisations certaines pour ce crochet, mais pour bien comprendre il faut quelques explications.

1) premier usage (pour relever la robe)

Au XVIe siècle, les femmes du peuple portaient des robes en laine ou en lin doublées et mises par dessus une combinaison (sous robe) plus fine (non doublée), en lin également.
Quand elles sortaient elles mettaient un manteau qui ressemblait à s'y méprendre à une autre robe.
Elles avaient finalement 3 robes l'une sur l'autre, dont deux doublées. Mais la dernière, qui servait de manteau était en laine plus
épaisse, doublée d'un autre tissu, ce qui faisait que les femmes avaient 5 épaisseurs de tissu (elles ne risquaient pas d'avoir froid).

Quand elles sortaient, elle relevaient la partie avant de la "robe-manteau" en la retournant; de cette façon on voyait le tissus extérieur du manteau, mais aussi sa doublure intérieure, et de plus, comme il était relevé, on voyait la robe en-dessous. Cela permettait de voir 3 tissus et éventuellement 3 couleurs, c'était joli.
Pour tenir ce pan relevé, elles utilisaient des crochets pointus piqués au travers du tissu épais.
Et ces crochets était attachés à un genre de ceinture ou de ruban en tissu.

Voici de quoi il s'agit.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


2) deuxième usage (pour maintenir la pointe du "partlet" en l'accrochant à la robe


Alors, un "PARTLET" c'est quoi?

C'est un accessoire vestimentaire constitué d'une bande de tissu couvrant la nuque, les épaules et le haut du dos. Devant elle se termine horizontalement sous les clavicules, et dans le dos horizontalement au niveau des omoplates ou bien en pointe au niveau de la taille. Le plus souvent de couleur noire, mais il y en avait aussi d'autres couleurs.
Le "PARTLET" a été utilisé au 16e siècle et au début du 17e. (surtout à l'époque Tudor en Angleterre, mais aussi sur le continent).

"PARTLET" est un mot anglais apparu en 1515. Il vient de "PATELET" en anglais moyen qui voulait dire "bande de tissu" .
Et "PATELET" venait de "PATELETTE" en français moyen, qui voulait dire "petite patte de tissu".
Je n'ai pas trouvé de traduction, mais au Canada ils semblent utiliser "PARTLET" en anglais comme en français.

En voici quelques uns

Image

Image

Image

Image

Image


Et voici comment on fixait ceux qui se terminaient en pointe.

Image

Image

Image

Image
types_10.jpg
types_10.jpg (251.45 Kio) Vu 254 fois
Alors, je pense vraiment que l'on peut laisser tomber cette appellation (agrafe de col) que certains s'entêtent à utiliser à tort, et qui induit tout le monde en erreur, car cet objet ne concerne ni une agrafe, ni un col, et que l'on va plutôt adopter le vocable anglais "CROCHET de ROBE".


Allez, vais boire une trappiste pour me remettre de mes émotions :have_a_nice_day:
Modifié en dernier par fouduroi le jeu. déc. 08, 2022 8:30 pm, modifié 1 fois.

Verrouillé

Retourner vers « Le Cellier »